L’Europe du polar

Cette exposition présente en un parcours chronologique les étapes de la mondialisation de l’imaginaire du crime. Comment cet imaginaire participe-t-il à la construction d’une représentation européenne ? Chaque partie de l’exposition est accompagnée d’éditions originales, de fascicules, d’affiches qui complètent le propos et d’une série de focus sur des phénomènes spécifiques.

Christian Gonzenbach : remplir le vide

L’exposition donne carte blanche à l’artiste suisse Christian Gonzenbach. Ce qu’il nous propose est un feu d’artifice. Du feu, les oeuvres de Gonzenbach en sont issues, que ce soit la céramique ou la fonte (aluminium et bronze), elles en portent encore les marques. Quant à l’artifice, il est présent partout, ce « moyen ingénieux visant à Lire plus …

L’Homme qui marche

L’œuvre la plus célèbre de Giacometti, l’Homme qui marche est une icône de l’art du XXe siècle. Cette exposition réunit pour la première fois les différents modèles grandeur nature, ainsi que la plupart des variations sculptées et dessinées. Accompagnée de nombreux documents et dessins inédits, elle retrace la généalogie du motif, depuis la Femme qui Lire plus …

Ed et Nancy Kienholz

Loin du ready-made ou du pop art traditionnel, le travail d’Edward et Nancy Kienholz mêlent sculptures d’êtres humains et objets manufacturés dans un réalisme ambigu et mystérieux. L’objectif est une dénonciation virulente des travers de la société américaine : outrance consumériste, racisme ordinaire, sexisme, violence institutionnelle, hypocrisie religieuse.

Catherine Viollet : circulations

L’exposition de Catherine Viollet est un fil tiré entre ses œuvres de différentes périodes et quelques invitations en résonance : Iroise Doublet, Bernard Quesniaux, Alexandra Sa, Marine Wallon et Myung-Ok Han. Circulations revient sur l’idée de geste et de mouvement qui irrigue son travail, tout particulièrement dans son rapport à la matérialité du support sans Lire plus …

Louis Soutter : un présage

L’exposition réunit les dessins et peintures que Louis Soutter réalisa entre 1937 et 1942, en donnant une place particulière aux « dessins au doigt ». Dans ses fantasmagories singulières habitées d’êtres en lutte apparaissent la dépression et l’isolement de l’Europe des années 1920-1930. L’auteur narre un complot ou un meurtre à venir, comme des présages, annonçant la Lire plus …

Accrochage mixte

Cet accrochage est consacrée aux oeuvres de cinq artistes : Anselme Boix-vives, Hong InSook, Karl Godeg, Michel Macréau et Jean Hélion.

Kader Attia : Silence Kills

Kader Attia emploie des matériaux ordinaires, des éléments de la construction moderne, qu’il transforme en supports de ses œuvres d’art. Il se distingue par une esthétique puissante, parfois violente, mais toujours guidée par une éthique irréprochable. Il se sert du terrain de l’art pour observer les diverses réalités urbaines, les conséquences du colonialisme et de Lire plus …