Chargement Évènements

« Tous les Évènements

« Couleurs et Lumières, métamorphoses »

21 juillet 2021 @ 10 h 00 - 18 septembre 2021 @ 18 h 00

2€
« Couleurs et Lumières, métamorphoses »

L’exposition « Couleurs et Lumières, métamorphoses » invite le spectateur à se laisser aller à des expériences visuelles jubilatoires et ludiques. Elle présentera les deux usages de la fluorescence que l’artiste a expérimentés depuis une vingtaine d’années. La recherche de l’intensité de la couleur a poussé Jean-Claude le Gouic, à la fin des années 1990, à utiliser des pigmentations fluorescentes acryliques.
Il s’agissait d’obtenir une plus grande vivacité de la couleur en ajoutant ces teintes d’une grande intensité lumineuse aux couleurs les plus saturées déjà proposées par le marché.
Diverses expérimentations de juxtaposition de figures décoratives abstraites se présentent d’abord, comme une somme d’actes picturaux organisés qui, par-delà leur simplicité, sont susceptibles de questionner le regard. Si dans un premier temps l’œuvre s’impose comme forme unitaire, très vite l’œil est obligé de s’adapter, pour appréhender l’ensemble de la peinture . Par des juxtapositions et des superpositions de plans colorés, des effets d’espace-profondeur sont obtenus sans usage de la perspective linéaire. L’œil est pris dans les filets et les rayures de la peinture. Nombre de peintures récentes, après 2016, sont des reprises de créations plus anciennes, installant un effet palimpseste non par effacements mais par adjonctions. Ces tableaux rassemblent ainsi des gestes picturaux différents, des espaces hétérogènes, des motifs décoratifs d’origines variées, avec une attirance pour les références ethniques. Des couleurs vives viennent se substituer à celles qui préexistaient. Parfois une forme spécifique, le « semis », marque la disparition de la figure dominante qui occupe le centre du tableau, au profit d’une dispersion entraînant de nouvelles possibilités de parcours visuel.
Dans la seconde partie de l’exposition les sensations sont différentes. Les productions plastiques y sont exposées sous le double éclairage : lumière blanche, lumière ultra-violette (dite aussi lumière noire). Un variateur électronique commande le passage progressif du jour à la nuit. Dans certaines peintures la modification de la perception spatiale vient de l’augmentation de l’intensité lumineuse de certaines surfaces, tandis que d’autres vont passer du blanc au noir. La découverte des colorants photo-luminescents a permis à l’artiste de réaliser les peintures dont l’étendue de la variation colorée est encore plus grande. La fluorine, à l’origine du terme fluorescence, est une pierre blanche laiteuse sous éclairage naturel qui prend des couleurs lumineuses lorsqu’elle est soumise à des rayonnements ultraviolets. Il en va de même pour diverses créations aux couleurs cachées qui seront montrées lors de cette exposition. En changeant d’éclairage les peintures blanches ou grises deviennent très lumineuses et très colorées. Cela doit conduire le visiteur à un changement d’approche esthétique à partir d’expériences visuelles et sensorielles nouvelles. Il n’y a plus d’espaces avec des figures fixes comme dans la tradition des représentations occidentales : le visiteur sait qu’ici règne l’impermanence et la métamorphose. Entre le visible et l’invisible, de nombreux moments insaisissables suscitent un mélange de tristesse (c’est parti) et de plaisir (ça revient), et l’on se laisse emporter dans une succession d’éveils à de multiples petits événements réjouissants.
Professeur émérite, maître de conférence , Jean-Claude le Gouic a enseigné les arts plastiques à l’université de Provence durant 23 ans.
Il peint et expose régulièrement depuis 50 ans. Il est aussi l’auteur de textes critiques sur l’art moderne et contemporain publiés dans des actes de colloques, des revues ou sur des sites internet dédiés comme lacritique.org. Il est l’auteur de six ouvrages dont « L’Art du semis » (Paris, L’Harmattan, 2003), « Raoul Dufy, la modernité en mouvement » (Paris, éditions de la Différence, 2008), « Le Dessin dans la peinture, la griffe de Georges Noël » (publications de l’université de Provence, 2010).

Détails

Début :
21 juillet 2021 @ 10 h 00
Fin :
18 septembre 2021 @ 18 h 00
Prix :
2€
Catégorie d’Évènement:

Lieu

Centre d’art contemporain Raymond Farbos

1 bis rue Saint-Vincent-de-Paul, 40000 Mont-de-Marsan - France + Google Map

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.